voilà une notion essentielle en dégustation

 
 

Quel que soit le vin que vous dégustez, efforcez-vous systématiquement d’évaluer son « intensité » en bouche.

De quoi s’agit-il ?
Et bien pour faire simple, l’intensité consiste simplement à décrire le vin comme « léger » ou « fort ».


Vous voyez, ce n’est pas très compliqué.

Et pourtant, c’est essentiel à 2 niveaux :

1/ Evaluer l’intensité du vin vous permet de bien établir les accords mets et vins : la règle de base consiste à équilibrer les intensités entre le plat et le vin.
Voici des exemples basiques :

  • Un vin léger (comme un blanc sec et vif) ) s’accorde avec un plat « léger » (une entrée de manière générale, voire des crustacés, poissons…)
  • Un vin puissant (comme un rouge tannique) s’accorde avec un plat puissant (des grillades, du gibier, …)

2/ Connaître l’intensité du vin vous aide à vous prononcer sur le style du vin 
Alors voilà quelques pistes pour évaluer l’intensité du vin. 

Avant toute chose, je précise que j’utilise le terme « intensité », car il a le mérite d’être explicite : il correspond parfaitement à la sensation gustative de « volume en bouche ».

Mais pour bien faire, il faudrait parler de CORPS.

C’est d’ailleurs ce terme de corps qu’on utilise dans nos fiches de dégustation.

Bien.

Retenez ceci : l’intensité (ou corps, donc) résulte de la combinaison de ces 3 facteurs (du plus important au moins important)

  1. l’alcool (et le sucre également)
  2. les tanins (pourvu qu’ils soient mûrs)
  3. la concentration en arômes 

En effet : ces 3 facteurs augmentent la sensation de volume en bouche. Ils créent une sensation d’onctuosité, de puissance.

D’autre part, sachez que cette puissance (encore une autre manière de dire le corps !) semble être atténuée quand vous salivez, d’une salivation fluide.

Or, cette salivation fluide est créée par l’acidité.
Vous voyez l’idée ?

Donc, si vous regardez le schéma ci-dessous, je peux dire que ce vin A (qui a décidément tout pour être corsé), a plus de corps que ce vin B…. car son acidité atténue son corps :

Vous suivez ?

Alors maintenant c’est parti pour la mise en pratique ! 
Pour cela, rendez-vous sur la journée dégustation du COAM, à Paris : c’est une nouveauté.
Vous avez maintenant la possibilité de suivre un parcours d’initiation à Paris :

  • D’abord, vous allez apprendre à bien déguster
  • Ensuite, vous allez apprendre les repères sur la France viticole (cépage, région, et style de vin).

Cliquez ici pour réserver votre place !

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.