Vin de goutte, vin de presse : Les secrets de l’assemblage, à l’usage du dégustateur (leçon n°125)

Aujourd’hui, nous allons voir une leçon un tout petit peu technique.
Mais rassurez-vous : comme toujours dans ce cas, ça reste « à l’usage du dégustateur ».😉

Nous allons parler d’une des étapes de la fabrication du vin (la vinification).

Comme vous le savez : Pour obtenir un vin rouge, on effectue une macération entre les peaux (du raisin rouge, donc) et le jus (initialement incolore).

C’est cette macération peaux + jus qui permet de transmettre (entre autres !) la COULEUR du vin rouge.

Si vous observez la cuve, alors vous allez constater qu’il se forme un « chapeau de marc », en surface. Il est constitué de particules solides, débris végétaux, pépins, rafles, …

A la fin de la macération, vous avez donc 2 parties (2 phases) dans la cuve :
– Un jus, qui va s’écouler : On « l’égoutte », d’où son nom de vin de goutte
– Et vous avez un chapeau de marc, que l’on va presser. D’où son nom de vin de presse.

Ensuite ?
Le vigneron peut assembler les 2 vins : Vin de goutte + Vin de presse.

Alors …
Quel est l’intérêt de cet assemblage ?
Comment va-t-il changer le vin que vous dégustez ? 🍷
Comment (re)connaître l’apport de l’assemblage dans vos dégustations ?

Voilà l’objet de la nouvelle leçon du jour !

Recherches utilisées pour trouver cet article :