Quelques verres (bien choisis), ça va …

 


Il y a un problème avec les jolis verres de dégustation : ils finissent souvent par se casser !

 

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, ils ont une durée de vie limitée.

Limitée par ma maladresse, sans doute.

Sur les cours d’œnologie, on a le même souci …

Bon, il est normal d’avoir un peu de casse.

 

Finalement, le verre, c’est quand même notre outil de travail.

Et à force de travailler, les outils s’usent !

 

verre outil travail

Alors, si vous êtes amenés vous aussi à (r)acheter « un jour » un verre de dégustation… voici la question incontournable :

 

Quel verre allez-vous choisir ?

 

Tant de marques, tant de modèles, …

 

En plus, vous le savez : le verre a une importance capitale dans la dégustation.

 

C’est lui qui contribue à DIFFUSER les arômes, et à les CONCENTRER vers votre nez.

 

Cette phrase, elle est essentielle à comprendre.

 

Regardez :

1/ le verre « DIFFUSE », il doit donc pouvoir oxygéner le vin … et donc être « suffisamment large » pour permettre cette oxygénation

2/ le verre CONCENTRE les arômes, son ouverture doit être « suffisamment étroite » pour effectuer cette concentration.

 

En résumé : Un verre « suffisamment large », avec une ouverture « suffisamment étroite », voilà la clé.

 

Ce ratio [diamètre verre] / [diamètre ouverture] a été mis en évidence par Jules Chauvet.

 

Et intuitivement, c’est logique, non ?

 

Ce qu’il faut, c’est que ce ratio soit grand en valeur.

Et oui, si ce ratio est grand, cela signifie que le verre a un grand diamètre, mais une ouverture étroite.

Ainsi, il DIFFUSE (ou oxygène) les arômes, mais il les CONCENTRE aussi.

 

Mais il y a un seuil au-delà duquel le verre n’est plus aussi efficace : si l’ouverture est vraiment trop étroite par rapport au diamètre du verre, il RETIENT les arômes au lieu de les CONCENTRER.

 

Intuitivement, ça  tombe sous le sens.

 

En gros, à quoi ressemble le verre idéal ?

Et bien, il a une forme de tulipe « équilibrée ».

Un fond large, une ouverture reserrée.

Toujours le même ratio.

 

Et à partir de cette forme de tulipe, toutes les déclinaisons sont possibles.

En terme de volume total, de ratio ouverture/verre, d’inclinaison, de hauteur, de matière, ….

 

On peut même utiliser des types de verres différents en fonction du vin dégusté.

 

Pourquoi ?

 

Bien  souvent pour favoriser la diffusion de tel ou tel arôme, plus spécifiques au vin que vous dégustez.

Et parfois aussi, simplement parce que les fabricants de verre sont bien inspirés !

 

Dans tous les cas, privilégiez la forme tulipe pour bien profiter de vos vins. Et si cela vous inspire, variez les plaisirs avec différents types de verres… même si ce n’est en aucun cas une obligation. 

Bien.

Une fois que votre verre est rempli, il vous faut le déguster avec méthode.

 

C’est ce que vous allez apprendre ici :

Cliquez ici pour consulter le calendrier des cours d’œnologie.

 

Formez-vous à distance et obtenez un diplôme reconnu internationalement dans le vin … de chez vous : Cliquez ici pour réserver ou pour offrir une formation diplomante.

 

Vous souhaitez faire plaisir à un amateur de vin ? Alors réservez ici les formules cadeaux.

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.