Progressez dans les accords mets et vins : le cas des épices (podcast)

 

Vous aimez les plats épicés ?

Dans ce cas, vous souhaitez peut-être y associer le vin « idéal », pour :

  • créer une harmonie met/vin, et
  • mettre en valeur le met ET le vin.

Voilà un cas particulier des accords mets et vins.

Nous allons le décomposer ensemble, pour bien comprendre comment se construit un accord met/vin.

 

Avant toute chose, une précision : quand je parle de plat épicé, je ne parle pas forcément de plat piquant.

En effet : Même s’il s’agit toujours d’un plat « avec du caractère », le PIQUANT  n’est pas toujours présent.

 

Car quand on parle de piquant, on fait référence à cette sensation de brûlure apportée par la capsaïcine, une molécule contenue dans le piment. D’ailleurs, on peut même hiérarchiser ce piquant sous la forme d’une échelle d’intensité. Regardez :

  • Au bas de l’échelle, on a ce qui est doux (paprika doux)
  • puis on passe par le chaud (piment d’espelette)
  • puis le ardent (piment de cayenne), …

Il s’agit de l’échelle de Scoville (1912), qui classe le piquant suivant son intensité.

Mais revenons à nos moutons : Dans notre cas, le plat épicé peut être piquant … ou pas.

Mais dans tous les cas, il est « puissant ».

Alors pour trouver un vin adapté, on peut être tenté de raisonner suivant l’équilibre des intensités mets et vins.

 

Vous connaissez ?

  • Pour un met puissant (gibier, dessert), il faut un vin puissant (rouge corsé, vin moelleux)
  • Pour un met délicat (fruits de mer), il faut un vin léger (blanc sec vif)

Voilà l’idée.

 

Mais pour un plat épicé, on a un petit  souci. Car si on part sur un rouge corsé (donc puissant sur l’échelle des intensités), le tanin devient dur. Agressif.  Bref, c’est un peu l’explosion en bouche ! On est donc loin de l’harmonie recherchée.

 

Il va falloir trouver  autre chose. Et pour cela, on va penser en termes de fraîcheur (acidité), de puissance aromatique, voire de douceur.

 

Voilà ce que vous allez découvrir dans ce podcast !

[display_podcast]
(Pour info, vous pouvez aussi télécharger ce podcast en cliquant sur le lien « download », ou recevoir tous mes podcasts sur votre smartphone via une appli comme « podcast Addict »).

Et pour aller plus loin : Je vous retrouve dans les Masterclass de la Dégustation, que vous pouvez suivre de chez vous, quelquesoit l’endroit où vous vous trouvez. Les coffrets dégustation sont envoyés dans le monde entier. Tout est là : https://www.le-vin-pas-a-pas.com/masterclass-degustation/

Une chose aussi : Vous souhaitez vous préparer pour le niveau 3 du WSET ? Alors passez le test d’entrée pour le niveau 3 en cliquant sur ce lien. Et si vous souhaitez réviser le WSET 3 pour simplement repasser l’examen, alors c’est ici que ça se  passe : http://www.lecoam.eu/fr/formation-qualifiante-oenologie/3030-wset-test-d-entree-pour-le-wset-3.html#s[5][]:2054828&s[4][]:&rg:&sid:1&h:rightColumn

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.