Les apports du fût de chêne (1)

Vous avez tous entendu parler du fameux arôme de boisé que l’on retrouve dans certains vins, apporté par l’élevage en fût de chêne.

D’ailleurs, depuis les années 70, le goût de bois s’est généralisé avec l’usage des barriques neuves de chêne. Cette mode gustative, fortement portée par le dégustateur américain Robert Parker, a d’ailleurs impliqué quelques excès (le « jus de chêne » !), mais son usage semble aujourd’hui se rationaliser.

Le but de cette série d’articles est de vous donner les clés pour comprendre l’origine du boisé dans les vins, l’influence du fût de chêne sur le vin et la dégustation.

Le principe de l’élevage

Au commencement est le raisin, dont le jus (ou moût) est mis en fermentation dans des cuves. Au contact des levures, le sucre du raisin se convertit en alcool : c’est la vinification, ou la naissance du vin.

Suite à la vinification, une fois que le moût est transformé  en vin, commence alors une nouvelle étape : l’élevage.

Il s’agit de l’opération qui consiste à laisser reposer le vin dans un contenant (une cuve ou une barrique), pendant quelques jours, voire quelques mois, voire quelques années en fonction du vin.

Le but de l’élevage ? D’abord décanter (ou clarifier) le vin afin d’éliminer les résidus de la fermentations (levures, particules) : pour cela, on transvase le vin d’une cuve à l’autre, c’est ce qu’on appelle le soutirage.

Ensuite, lui apporter complexité, matière.

Le fût de chêne : l’intérêt oenologique

Donc, on entre dans le vif du sujet : l’élevage du vin peut être effectué dans une cuve inox, ou  bien dans une barrique (ou fût de chêne).

Par rapport à la cuve, le bois permet une micro oxygénation du vin qui participe à son évolution : ce lent apport d’oxygène réduit les arômes primaires (issus du cépage, ou raisin) de fruit et de fleur, et provoque la sédimentation de certains tannins (les tannins étant cette substance végétal qui donne une sensation de sécheresse, d’astringence en bouche). Les vins blancs élevés en fût prendront une couleur or, et l’astringence des rouges sera atténuée.

Il a donc un intérêt œnologique : micro oxygénation, stabilisation du vin.

Ces articles pourraient vous intéresser

Apprenez à reconnaître le fût de châtaignier dans le vin ! (Leçon n°158)
 

Avant d’être mis en bouteille, le vin se « repose ».🍷
Le plus souvent, ce repos (qu’on appelle l’élevage) se fait dans une CUVE inox, ou encore dans un FÛT de chêne.

Mais vous le savez : il existe D’AUTRES OPTIONS pour faire vieillir le vin.

👉Aujourd’hui, je vais vous parler de l’élevage en fût de châtaignier.

Car oui, le châtaignier est une alternative au chêne : Même si c’est loin d’être classique, certains vignerons y ont recours.

 

(suite…)

Comment déguster à l’Aveugle : la Formation ?
 

Un grand MERCI pour vos retours sur la Masterclass « Déguster à l’Aveugle, le cas des Vins rouges ».

? Vous avez beaucoup apprécié cette thématique, car l’avantage est qu’elle permet finalement de voir (ou de revoir) tout ce qui impacte le style du vin.

C’est donc une manière de synthétiser toutes vos connaissances !

Si vous n’aviez pas pu la réserver au moment de sa sortie, sachez que je vous propose à présent cette Masterclass à disposition sur le site du COAM.

(suite…)

📝 Votre schéma : vendanges tardives, botrytis … Comment change le VIN 🍷
 

Il existe différentes méthodes pour élaborer un « vin sucré ».
? Vendanges tardives, botrytis (Vous savez : la pourriture noble), séchage des raisins « hors souche » (comme dans le vin de paille jurassien, par exemple), …

 

[button link= »https://www.le-vin-pas-a-pas.com/wp-content/uploads/2021/05/infographie_150.jpg » newwindow= »yes »] Téléchargez l’infographie ![/button]

(suite…)