L’art d’interpréter l’arôme d’essence dans le vin

Vous l’avez constaté : Le monde des arômes est plein de surprises !

Par exemple : Vous pouvez sentir des arômes de « type hydrocarbure » (essence, pétrole) dans votre verre de vin, ce qui surprend parfois le dégustateur.

Voici les points clés à avoir en tête pour bien comprendre et interpréter cet arôme :

D’où vient cet arôme d’essence ?

– Il est créé par une molécule, le TDN. Cette molécule est présente dans certains raisins, sous forme de précurseur.
– Par définition, le précurseur d’arôme est une molécule qui est dans le grain de raisin, mais vous ne pouvez pas la sentir.
– En effet : pour faire simple, elle n’est pas sous forme libre, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas voler jusqu’à votre nez ! Vous ne pouvez donc la percevoir en sentant votre verre.

Sur quel cépage trouve-t-on ce TDN ? (Susceptible de donner l’arôme d’hydrocarbure, donc

– Le principal cépage est le riesling.
– Cela dit, vous pouvez le retrouver dans d’autres cépages blancs, principalement le chenin, ou le muscadet par exemple.

En plus du cépage, il y a aussi 2 autres facteurs qui jouent sur cet arôme dans le raisin.

1/ d’abord, le climat : Le soleil, la chaleur, favorisent le TDN.
2/ ensuite, le vieillissement du vin. Un vin qui vieillit dans votre cave sera plus susceptible de présenter cet arôme.

En plus du cépage, il y a aussi 2 autres facteurs qui jouent sur cet arôme dans le raisin.

Un vieux riesling, issu d’un millésime ensoleillé… ou d’un terroir qui favorise la maturité de la baie.

Bonnes dégustations !