Comment savoir à quelle température servir le vin ?

 

temperature service vinAvez-vous déjà dégusté un vin blanc à température ambiante (disons autour de 20°C) ?  Sinon, faites donc l’expérience. Il est probable que vous trouviez le vin trop lourd.

De même, dégustez un vin rouge tannique à 10°C : les tanins vous paraîtront plus durs, l’amertume pourra même vous déranger.

En effet, sachez que la température d’un vin modifie grandement la perception que vous en avez ! Voilà pourquoi il est souhaitable de respecter des températures de service pour mettre en avant les qualités du vin.

Je vous propose de voir pour chaque type de vin (rouge, blanc, rosé, moelleux), sa température idéale de service, et surtout de comprendre pourquoi il en est ainsi…

Le vin blanc

Comme vous le savez peut être, le vin blanc est plus acide que le vin rouge. Ainsi, le vin blanc vous fait saliver, d’une salivation fluide caractéristique de l’acidité.

Or, la saveur acide est soulignée et mise en avant par le froid.

Vous pouvez vous en rendre compte aisément en faisant cette petite expérience : Pressez un citron, et buvez son jus. Si le jus est servit à température ambiante, il vous sera plus désagréable de le boire que s’il est servi glacé.

Le vin blanc étant plus acide que le rouge, on le sert plus frais pour souligner son acidité, et mettre en avant sa fraîcheur.

Maintenant, prenons un autre vin blanc, moins acide : par exemple un vin blanc de garde, qui sera plus rond en bouche.

Dans ce cas, il sera judicieux de le servir « un peu plus chaud » du fait de son acidité plus réduite. Cela permettra de souligner son gras !

En résumé, un vin blanc sec et vif (c’est à dire non sucré et acide) sera servi à 8-10°C, alors qu’un blanc de garde pourra être servi à 10-13°C.

Température service vinLe vin rouge

Quelle est la grosse différence entre le vin blanc et le vin rouge ?

Au-delà de la couleur, ce sont les tanins qui distinguent le blanc du rouge.

D’autre part, le vin rouge est habituellement moins acide que le vin blanc.

La température de service du vin rouge va être liées à ces 2 facteurs :

  • La présence de tanins, et
  • L’acidité plus faible

Si vous avez bien suivi les explications sur le blanc, l’acidité plus faible du rouge doit impliquer logiquement une température de service plus élevée que le blanc : on ne cherche pas forcément à souligner l’acidité, mais plutôt le gras du vin.

D’autre part, la perception des tanins varie grandement avec la température. Lorsque le vin est servi froid, les tanins sont renforcés et apparaissent plus durs. En effet, l’acidité est mise en avant. En d’autres termes, le couple tanin + acidité est plus dur en bouche que le couple tanin + onctuosité.

Si vous prenez un vin rouge léger et peu tannique, vous pourrez donc le servir plus frais qu’un vin rouge charpenté. Vous suivez ?

En résumé, un vin rouge léger  (c’est à dire acide et peu tannique) sera servi à 13-15°C, alors qu’un rouge charpenté (c’est-à-dire tannique, plus gras) pourra être servi à 15-18°C.

Le rosé

Si vous êtes allé jusqu’ici, vous avez fait le plus dur !

Le rosé est un cas similaire au vin blanc.

En effet, le rosé résulte d’un courte macération peaux du raisin + jus, ce qui transmet juste un peu de couleur et d’arômes … mais pas de tanins (la plupart des rosés ne sont pas tanniques).

Voilà donc un vin sur le fruit, acide et pas (ou peu) tannique : c’est donc la même démarche que pour le vin blanc.

Le rosé sera servi frais pour souligner son acidité (sa fraîcheur). 8-10°C est une bonne moyenne.

temperature service vinLe vin moelleux

Le vin moelleux est le vin sucré : le terme « moelleux » est employé pour qualifier un vin dont le taux de sucre est compris entre 12g/L et 45g/L. Au-delà, on parle d’un vin liquoreux.

Bref, dans les 2 cas, l’onctuosité du vin est apportée par son sucre.

Du coup, imaginez ce qui pourrait se passer si vous servez le vin moelleux à température ambiante.

La température « importante » met en avant le gras du vin (au détriment de son acidité). Par conséquent, votre vin sucré paraître bien lourd… voire écoeurant.

Voilà pourquoi il est préférable de servir les vins moelleux/liquoreux à 8-10°C.

Les vins effervescents (crémants, Champagne)

Dans ce cas, on cherche à souligner la fraîcheur (l’acidité) du vin : L’acidité et les bulles vont de pair, le vin effervescent sera servi plus froid.

Un autre argument pour vous convaincre de servir votre Champagne bien frais. Le gaz carbonique se dissout mieux dans le liquide (le vin pétillant dans notre cas) quand la température est basse.

Si vous servez un soda pétillant bien chaud, vous serez convaincu de ce phénomène : l’effervescence est exacerbée, la bulle est grossière.

(Je vous invite à jeter un coup d’œil aux 4 étapes pour bien comprendre la bulle de Champagne pour revoir tout cela).

Le même soda servi bien frais permet d’avoir une bulle fine et un CO2 bien dissous dans votre vin.

En résumé, servez les effervescents à 8-10°C.

Téléchargez le tableau récapitulatif des températures de service.

 

Voir également

à quelle température servir le champagne, qu’est-ce que le tokay d’Alsace, le tanin du vin, comment servir le champagne, la méthode pour fabriquer sa cave à vin, les accords mets-vin , le bouchon de liège, distinguer un bon vin le fut de chêne , la bonne température du vin rouge, le classement des vins de Bordeaux, etc.

Ou suivez Yann Rousselin sur sa chaine Youtube dégustation du vin et cours d’oenologie

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.