Avec le temps, va …(ne perdez pas de temps)

 

Avec le temps, les gens deviennent parfois plus souples

Moins amers

Moins vifs, aussi. 

L’expérience nous fait prendre du recul, et on gagne en complexité

On a tendance à s’ouvrir plus vite, peut-être parce que l’âge nous fait prendre de l’assurance. 

C’est fou comme le vin nous ressemble. 

Avec le temps, il devient plus souple : ces tanins fondent, ce qui le rend moins dur. 

Les tanins, ce sont eux qui vous assèchent la bouche, qui font que votre langue « s’accroche » à votre palais. En resserrant vos muqueuses, ils créent une sensation d’amertume en bouche. 

Voilà pourquoi on peut dire qu’avec le temps, le vin devient également moins amer

Le vin devient moins vif aussi, car la sensation d’acidité diminue dans un vin évolué. 

Ses arômes évoluent. Le fruit frais, la fleur fraîche (comprenez : non fanée), laissent la place à des notes dites tertiaires : le cuir, l’animal, le sous-bois, l’humus, le champignon… S’il vieillit bien, la fraîcheur du vin laisse la place à un bouquet plus complexe

Et comme un vieux vin est plus fragile, ses arômes évoluent rapidement dans votre verre. 

Voilà pourquoi on peut dire qu’il s’ouvre plus vite

 

D’ailleurs, vous l’avez peut-être déjà constaté : En quelques minutes, au contact de l’air, le bouquet d’un vin évolué perd ses notes les plus volatiles, et révèle des arômes indécelables au 1er nez. 

Victor Hugo disait « Dieu n’avait fait que l’eau, et l’homme a fait le vin » !
C’est peut-être pour cela qu’il nous ressemble tant.

Et qu’en tant que dégustateur, « je préfère le vin d’ici à l’eau de là ». (Celle-là est de Pierre Dac, je n’ai pas pu m’empêcher de vous la citer. Mais attention, avec modération, le vin, on parle toujours de dégustation !). 

Et puis un jour, un vieux vin devient … trop vieux

Même sans développer de défauts, il existe un seuil, le déclin, au delà duquel il n’a plus rien à exprimer. 

Il devient plat. 

Bon, j’ignore si nos « vieux » n’ont plus rien à exprimer quand ils amorcent le déclin, je ne me permettrais pas de le penser ! 

Mais dans le doute,  il ne faut pas trop perdre de temps. 🙂

 

Jeudi dernier, j’ai publié le 60ème épisode du podcast. 

Vous êtes chaque jour plus nombreux à me suivre : Le podcast a dépassé la barre des 200.000 lectures, tout épisode confondu … Merci pour votre fidélité ! 

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.