2 questions clés sur le corps du vin

Si vous goûtez un verre de lait écrémé, puis un verre de lait entier, vous allez probablement percevoir une différence dans les sensations en bouche :
le 1er vous parait léger, et le 2ème vous parait plus gras, plus lourd.

C’est le même type de sensations qui sépare le vin léger du vin puissant.

Vous l’avez sans doute deviné : je fais ici référence à la notion de corps.

C’est une des notions les plus importantes à comprendre, en dégustation.

 

En effet : Evaluer le corps du vin vous permet :
– de commencer à le classer (en lui attribuant un style),
– de créer des accords mets et vins (en ayant recours à cette règle de base qui consiste à associer un met léger et un vin léger, et un vin puissant à un met puissant !).

Aussi, voilà l’essentiel à avoir en tête en 2 questions clés :

1 – Qu’est ce qui joue sur le corps du vin ?

Voilà ce qui contribue au corps :
– Le sucre (pour faire simple : un vin doux a du corps).
– L’alcool (un vin sec peut donc être très corsé, s’il est riche en alcool)
– Les tanins mûrs
– La concentration des arômes (que vous percevez en bouche, en rétro-olfaction)

Retenez aussi que l’acidité du vin tend à diminuer le corps perçu.
Par exemple un vin riche en alcool et en acidité, paraîtra moins corsé qu’un vin riche en alcool et peu acide.

2 – Quels termes puis-je utiliser pour évaluer le corps ?

Du moins fort au plus fort, cela donne :
Maigre – léger – moyen – concentré – puissant

Bonnes dégustations !