? Un petit schéma tout simple (mais utile pour le dégustateur !)

 
 

A chaque fois que vous dégustez un vin blanc, vous allez évaluer 2 choses en bouche :

  1. Le niveau d’acidité
  2. Le niveau d’onctuosité (lié principalement à l’alcoo l)

C’est toujours la même chose, et j’utilise ce type de profil gustatif tout simple :

Il s’agit donc de se poser à chaque fois ces questions (avec le vin en bouche) :

  • Qu’est ce qui domine en bouche ? l’acidité (qui crée une salivation fluide – comme du jus de citron), ou le gras (qui crée une salivation grasse, comme du sucre) ?
  • Quel est le niveau d’acidité ? quel est le niveau de gras ?
    Mais attention : ce n’est pas l’emplacement du vin sur ce petit graphe, qui en détermine la qualité.

 

Je m’explique : vous pouvez avoir un vin « en haut à gauche » (donc dominé par l’acidité) très qualitatif, et un vin placé au même endroit qui soit … très décevant.

En fait, ce que montre ce graphe, c’est juste le profil dominant du vin.
Or le profil dominant n’est pas lié à la qualité.

 

Enfin, pas toujours… car on peut aller un peu plus loin.

Regardez : vous dégustez 2 vins « similaires » , issus de la même zone de production (et du même cépage, même millésime).

 

Et là, en fonction de la qualité du vin, le profil gustatif va changer.
Par exemple, prenons un Chablis et ses « différentes déclinaisons » :

  1. Petit Chablis
  2. Chablis
  3. Chablis Premier Cru
  4. Chablis Grand Cru

 

Là , je pourrais dire :

Vous voyez ?
Notre Chablis, qui a une acidité élevée, « descend sur le graphe » à mesure que sa qualité augmente.

On peut même faire le lien avec sa température de service : 

Ou son potentiel de garde : 

(à la grosse louche, on est d’accord ?

Bref, tout ça pour vous dire l’idée à retenir :
« Quand on compare des vins comparables, alors le profil gustatif (le petit graphe à 2 axes) peut être lié à la qualité du vin.
Quand on compare des vins de styles différents, alors le profil gustatif montre simplement … ce qui domine dans le vin.
 »

 

Bonnes dégustations à tous !

Ce mois-ci, que diriez-vous de parcourir avec moi la route du vin d’Andalousie ?

Vous connaissez peut-être Montilla-Moriles, Málaga ou Jerez… le climat méditerranéen, ensoleillé à souhait, et les terroirs variés, sont à l’origine de vins surprenants. Des vins à (re)connaître par tout dégustateur ! 

C’est ce que je vous propose dans la prochaine Masterclass : Alors préparez vos stylos (pour prendre des notes sur la formation), préparer vos verres de dégustation et votre palais, et ….devenez spécialiste du vin andalou !

=> Cliquez ici pour rejoindre les Masterclass et recevoir la nouvelle formation les vins andalous des vins de soleil .

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment reconnaître les 2 âges du vin (Leçon n°169)
 

Lorsque vous dégustez une quille tout juste sortie de votre cave, le vin peut être à différents niveaux d’évolution :

👉 Il peut être jeune, ou en cours de maturité.
Voire – et c’est l’idéal – à son apogée.
Ou encore : Trop vieux, sur le déclin.

Votre but ?
Reconnaître son niveau d’évolution😋

Et comme on est dans la série « la rentrée du dégustateur », nous allons faire très simple : Nous allons distinguer les 2 âges clés du vin, et apprendre à les reconnaître.

C’est l’objet de cette nouvelle leçon.

📣 Recevez votre kit du dégustateur : https://bit.ly/3nzTlPt

 

2 axes pour mieux identifier les ARÔMES du vin (Leçon n°168)
 

Parlons des arômes du vin ! 🍷

Nous poursuivons notre série de révisions, intitulée la « rentrée du dégustateur ».

Ici, je vous propose de voir ou de revoir une technique pour mettre un nom sur les arômes du vin, sans s’arracher le nez (bon, on se comprend🙂) sur des descripteurs précis.

L’idée ? On se base sur les sensations.

C’est l’objet de cette nouvelle vidéo.